L’instabilité vésicale


Elle se manifeste par des contractions vésicales anormales qui provoquent des fuites d’urine fréquentes, diurnes ou nocturnes, précédées d’une sensation de besoin impérieux.

12201852993_53e5edf1fc_n

Robinet eau

  Une des grandes causes d’incontinence urinaire chez la femme est l’instabilité vésicale, caractérisée par des contractions anarchiques et excessives des muscles de la vessie. Normalement, ces derniers ne se contractent que lorsqu’elle est pleine – les médecins disent en réplétion – signalant ainsi le besoin d’uriner.

Dans l’instabilité vésicale, les muscles peuvent se contracter à tout moment, même si la vessie n’est pas encore pleine.

 Voici trois exemples de questions en faveur de cette forme d’incontinence :

  •  Pouvez-vous vous retenir lorsque vous ressentez le besoin d’uriner ?
  • Dans le cas d’une forte envie d’uriner, et d’avoir été obligée de vous retenir longtemps,  avez-vous eu une perte d’urine sans notion d’effort ?
  •  Est-ce que le bruit, la vue, la sensation d’entendre de l’eau qui coule déclenche chez vous une envie d’uriner.

D’autres anomalies sont liées à l’incontinence, la mauvaise position de la vessie et aussi de l’utérus (descente, prolapsus).

Là encore, les accouchements difficiles sont incriminés. Mais une fragilité constitutionnelle aggravée par une constipation opiniâtre ou une obésité, peuvent avoir les mêmes conséquences.

Le besoin d’uriner devient alors imprévisible et impérieux, au point de provoquer parfois des fuites abondantes. D’autant plus d’ailleurs, que la fréquence des mictions, en petite quantité à chaque fois et de nuit comme de jour, s’accroît considérablement. C’est ce que l’on appelle la pollakiurie, évoquée en général lorsque le nombre des mictions est supérieur à 7 le jour, et 2 la nuit.

Ces symptômes ont un fort retentissement sur la vie quotidienne de la femme. En toutes circonstances elle doit anticiper la survenue d’un besoin impérieux, le risque d’une fuite et le cortège de gène et d’angoisse que cela entraîne. Bien que très invalidante, l’instabilité vésicale fait encore trop souvent l’objet d’un tabou. Il en résulte un retard à la consultation. Pourtant des traitements efficaces existent. Fondés sur l’association de médicaments et de séances de rééducation, ils apportent une nette amélioration des symptômes. (1)

Articles complémentaires :

Merci pour votre visite et excellente journée ! 

Françoise Soros

Sources :
(1) Destination santé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s