Incontinence : un marqueur de maladies chroniques ?


Les conditions médicales chroniques sont fréquentes chez les femmes souffrant d’incontinence urinaire. Cette étude de l’Université de l’Alabama à Birmingham nous en dit plus, en suggérant l’incontinence comme un vrai marqueur de maladies chroniques et précisément d’hypertension, d’hypercholestérolémie et de maladies pulmonaires, en particulier l’asthme. Ces conclusions, présentées dans le British Journal of Urology (BJU) International engagent à creuser ces associations par de nouvelles recherches.

Incontinence urinaire : Un marqueur de maladies chroniques ?
BJU International
Seuls 11% des femmes atteintes d’incontinence ne présentent aucune autre maladie chronique

Les conditions médicales chroniques sont fréquentes chez les femmes souffrant d’incontinence urinaire. Cette étude de l’Université de l’Alabama à Birmingham nous en dit plus, en suggérant l’incontinence comme un vrai marqueur de maladies chroniques et précisément d’hypertension, d’hypercholestérolémie et de maladies pulmonaires, en particulier l’asthme. Ces conclusions, présentées dans le British Journal of Urology (BJU) International engagent à creuser ces associations par de nouvelles recherches.

Il s’agit d’une analyse des données de 3.800 femmes souffrant d’incontinence urinaires et ayant participé aux vagues des National Health and Nutrition Examination Surveys, menées de 2005-06 à 2011-12. La première conclusion est que seulement 11% des participantes ne présentaient pas d’autres problèmes de santé chroniques. Plus largement les chercheurs ont étudié les données de prévalence, chez ces participantes pour 12 affections chroniques et ont exploré les associations entre ces maladies chroniques et le type et la sévérité de l’incontinence. Enfin, l’équipe a pris en compte l’âge, le niveau d’études, l’origine ethnique, certains antécédents gynécologiques, et l’adiposité. L’analyse montre que :
Seuls 11% de ces participantes incontinentes ne présentaient aucune maladie chronique ;
parmi les participantes incontinentes qui présentaient au moins une affection chronique, 4 catégories ont pu être identifiées :
les participantes à risque cardiovasculaire récent ;
les participantes à risque cardiovasculaire plus ancien ;
les participantes atteintes d’asthme;
les participantes atteintes de maladies chroniques multiples.
Lire l’intégralité de l’article sur santelog

Bonne journée
Françoise

Oups ! Non aux fuites urinaires


Les troubles urinaires ne sont pas l’apanage des 4e et 3e âges: ils concernent 3 à 3,5 millions de femmes en France, dont 10% sont âgées de 20 à 30 ans.

Moins d’un tiers des femmes souffrant d’incontinence ose en parler à leur médecin ou leur gynécologue.

Cette réclame agace profondément Nadine. Tout comme celle-ci, mettant en scène une bande de femmes étonnamment joyeuses, heureuses de danser toutes ensemble sans raison apparente. À moins que ce soit le port d’une couche-culotte qui les mette dans cet état de transe collective.

Les protections : utiles, mais…

Pour les professionnels de santé, les publicités pour les protections posent également problème, mais pour une autre raison. «On a été ému par certaines publicités faisant état des couches comme si c’était la panacée. Les couches, oui, c’est une aide utile, soit de manière transitoire, soit après avoir envisagé toutes les autres possibilités en vain. Les protections ne sont qu’un dernier recours», insiste Christian Castagnola, urologue, vice-président délégué à la communication de l’Association des urologues de France, qui organise chaque année la semaine de la continence et propose des campagnes d’information pour le grand public.

Lire la suite de l’article sur slate

Bonne lecture et à bientôt
Françoise Soros

Les promesses d’une analyse génomique – Incontinence urinaire 


L’incontinence urinaire chez les femmes est fréquente avec près de 50 % des femmes adultes qui connaissent occasionnellement des fuites. On sait que des facteurs génétiques ou héréditaires contribuent à la moitié de l’incontinence urinaire, mais jusqu’à maintenant, les études n’ont pas permis d’identifier les variantes génétiques associées à la maladie. 

S’exprimant à la conférence annuelle de la Société européenne de génétique humaine, le Dr Rufus Cartwright, chercheur au Département d’épidémiologie et de biostatistique de l’Imperial College de Londres, a déclaré que les analyses de son équipe estiment que des médicaments utilisés pour le traitement d’autres conditions peuvent aider les femmes affectées à lutter contre ce problème.

Les dysfonctionnements du plancher pelvien incluant l’incontinence urinaire, mais également l’incontinence fécale et les prolapsus pelviens ont un effet dévastateur sur la qualité de vie. Ces troubles surviennent fréquemment après l’accouchement ou à la ménopause même si certaines femmes déclarent une incontinence qui date de l’enfance. Sur les 25 % de femmes qui sont suffisamment affectées pour que cela handicape leur vie quotidienne, la plupart souffrent d’une incontinence de stress qu’on puisse définir par la perte de petites quantités d’urine associées au rire, à la toux, aux éternuements, à l’exercice ou à d’autres mouvements qui augmentent la pression sur la vessie. L’incontinence impérieuse, qui caractérise un besoin urgent d’uriner en provoquant une fuite d’urine, affecte seulement environ 5 % des femmes et 5 à 10 % souffrent des deux troubles.

25 % des femmes adultes subiront une incontinence assez grave pour avoir une incidence sur leur qualité de vie selon le Dr Cartwright. C’est donc une priorité de trouver une cause génétique et un traitement potentiel.

Les chercheurs ont entrepris une étude d’association pangénomique (GWAS) sur 9 000 femmes de 3 groupes en Finlande et au Royaume-Uni en confirmant leurs résultats dans 6 autres études. Les études d’association pangénomiques fonctionnent en analysant les marqueurs à travers les ensembles complets d’ADN d’un grand nombre de personnes afin de trouver des variantes génétiques associées à une maladie particulière.

L’analyse des données de l’étude a permis d’observer un locus de risque pour l’incontinence urinaire qui est proche du gène de l’endothéline. Ce dernier est connu pour être impliqué dans la capacité de la vessie à se contracter. Les médicaments qui fonctionnent sur la voie de l’endothéline sont déjà utilisés dans le traitement de l’hypertension pulmonaire et du syndrome de Raynaud. Ce dernier est un état où le spasme des artères entraîne une réduction du débit sanguin vers les doigts.

Des études antérieures ont échoué à confirmer les causes génétiques de l’incontinence. Même si j’avais toujours l’espoir de trouver quelque chose d’important, il y avait des défis majeurs pour trouver suffisamment de femmes pour participer afin de collecter l’information sur l’incontinence selon le Dr Cartwright…

Lire l’intégralité de l’article : Analyse génomique

Portez-vous bien

Françoise 

Les boules de geisha pour muscler le périnée


Le périnée est un ensemble de muscles qui se situe au niveau du bassin. Il joue un rôle extrêmement important.Il ressemble à un petit hamac qui va du devant du pubis au coccyx. Ce muscle représente le plancher du bassin et retient l’ensemble des organes situés dans cette zone. C’est à dire la vessie, l’utérus et l’intestin.
Boules de geisha
Les boules de geisha pour muscler le périnée

Les boules de geisha (aussi appelées boules chinoises ou smartballs)font partie des méthodes, elles représentent un moyen naturel de muscler le périnée

Elles sont là pour imposer un travail essentiel aux cinq muscles qui se situent au niveau du plafond du périnée, il est donc nécessaire d’introduire profondément les boules pour qu’elles puissent remplir le rôle qu’on attend d’elles.
Comment mettre des boules de geisha ?

Il ne faut pas seulement se servir de ses doigts pour introduire les boules de geisha, il est indispensable que les muscles du périnée aident à l’effort et les placent bien. Ce travail du périnée pour faire monter les boules vers le plafond, doit être à la fois volontaire mais doit aussi représenter un mouvement réflexe des muscles.

Si vous êtes dans l’incapacité d’attirer les boules de geisha et de les faire monter vers le plafond du périnée, il faut sans aucun doute, que vous alliez consulter une sage-femme pour demander conseil.

Si vous arrivez à maintenir les boules de geisha alors que vous êtes debout, gardez les et bougez un peu. Cela permet de mettre votre périnée dans plusieurs situations. Vos muscles sont ainsi sollicités, car il est nécessaire de contracter les muscles pour éviter que les boules de Geisha ressortent.

C’est le meilleur moyen de muscler le périnée et de combattre les fuites urinaires. Les muscles se fatiguent, il est inutile de faire l’effort plus de 30 minutes.

Lire l’intégralité de l’article sur rééduquer mon périnée

Bonne lecture et à bientôt 

Françoise Soros 

Projet français de sphincter urinaire robotisé


Un projet français de sphincter urinaire robotisé lève 14 millions d’euros

(AFP) – La jeune pousse grenobloise UroMems a annoncé mardi avoir levé 14 millions d’euros lors d’un premier tour de table afin de développer un implant connecté et intelligent pour traiter l’incontinence urinaire sévère, en forte augmentation avec le vieillissement de la population.

Le tour de table a été mené par le fonds allemand Wellington Partners, et complété par Bpifrance via le fonds public de soutien à l’innovation dans les biotechs (FABS), Cita Investissement, CEA Investissement et du fonds de capital-risque allemand b-to-v Partners AG.

« Cette levée de fonds va nous permettre de finaliser le développement de notre produit et ainsi pour la première fois d’apporter au marché un sphincter urinaire artificiel innovant qui représente une solution efficace et ergonomique au bénéfice des patients », a estimé Hamid Lamraoui, co-fondateur et président d’UroMems, cité dans un communiqué.

Lire l’intégralité de l’article sur Le Figaro

Bonne lecture et à très bientôt
Françoise Soros

Tester son débit urinaire avec Minze


Vous retenir d’uriner pendant un certain temps, avant de vous rendre chez un urologue, afin de connaître son avis sur votre jet urinaire, c’est complètement dépassé grâce à Minze HomeFlow. Cette innovation de la start-up anversoise Minze Health représente une percée en urologie que le corps médical attendait depuis longtemps.

Capture écran
De quoi s’agit-il ? Du test du débit urinaire, par lequel l’urologue contrôle la façon dont un patient urine. Le jet est-il puissant ? S’interrompt-il parfois ? Voilà pourquoi les patients doivent attendre, la vessie pleine, dans une salle d’attente, avant de pouvoir à leur tour uriner dans l’indicateur de débit urinaire. C’est loin d’être idéal, affirme Vermeulen : « Personne n’apprécie d’uriner sur commande, surtout pas les personnes qui ont des problèmes urinaires. En outre, le médecin ne dispose que d’un enregistrement momentané d’une émission urinaire. Il tente ensuite d’en savoir plus en demandant au patient de tenir à jour un journal urinaire, mais souvent, cela manque de précision et cela devient vite quasiment inutilisable. Nombre de médecins ne s’y fient donc guère. »

Et voici que débarque l’HomeFlow, l’appareil pour flux urinaire que Minze a conçu et qui permet au patient de mesurer chez lui plusieurs jets urinaires. Vermeulen : « Après avoir uriné, toutes les données sont transférées au smartphone de l’utilisateur qui peut encore indiquer s’il a ressenti une envie pressante, ce qu’il a bu au préalable et s’il y a eu avant éventuellement une perte urinaire.

Lire l’intégralité de l’article sur Datanews

Bonne lecture et à très bientôt 

Françoise Soros

Incontinence urinaire : le poids génétique


Dans le risque d’incontinence urinaire, la génétique joue un rôle important, estimé à plus d’un tiers du risque total. Toutes les études convergent vers une prédisposition génétique dans l’incontinence urinaire d’effort (sport, éternuement etc..) estimée entre 30 et 40% 

Capture d’écran 2014-12-04 à 22.45.10

Dr Brigitte Fatton, gynécologue obstétricien, spécialisée en uro-gynécologie au CHU de Nîmes : « La génétique compterait pour environ 34% dans l’incontinence d’effort et pour 37% dans l’incontinence « par urgenturie » (envies pressantes d’uriner). Les facteurs génétiques en cause dans ces fuites urinaires se rapportent essentiellement à la qualité du collagène présent dans le tissu conjonctif (peau, tendons, ligaments, parois des organes et des vaisseaux sanguins) mais aussi à celle des cellules des fibres musculaires »….

A quand un dépistage génétique de l’incontinence urinaire ?

Ces facteurs génétiques sont désormais connus mais il est encore impossible de désigner précisément les gènes impliqués.

L’intérêt de ces recherches génétiques en cours serait de pouvoir dépister les femmes ayant un risque plus important de fuites urinaires et/ou de prolapsus en vue d’affiner une stratégie de prévention primaire (avant que ne surviennent l’incontinence urinaire ou le prolapsus génito-urinaire) ou secondaire, vis-à-vis des facteurs acquis (environnementaux comme l’obésité, l’accouchement etc.).

Pour en savoir plus, l’article est par ici : http://www.e-sante.fr/incontinence-urinaire-femme-se-liberer-genetique/actualite/1014

Bonne lecture et à très bientôt
Françoise Soros