Cancer de la prostate : le comment et le pourquoi des examens


Messieurs, vous allez consulter pour votre prostate et vous savez à peu prés comment cela se passe.
Mais le pourquoi de cet examen : le savez-vous ?
Cette vidéo pourra vous aider dans vos questionnements.

Articles conseillés

Bonne lecture

Merci pour votre passage et excellente journée
Françoise Soros

 

Record du monde de ping-pong en faveur du cancer de la prostate


Londres – Père et fils ont battu le record du monde des échanges en ping-pong. 

Image
 

  • 8 heures, 40 minutes et 5 secondes, soit 32.000 coups échangés : c’est le nouveau record du monde du plus long échange en tennis de table.*

Cet exploit a permis de récolter la somme de 1400 livres sterling  pour la recherche contre le cancer de la prostate.
Bel exploit et belle action ! 

Articles conseillés :

Bonne lecture
Merci pour votre passage et excellente journée
Françoise Soros

Sources :
7sur7.be

Un président qui mouille son pantalon et alors !


Quel est l’homme qui n’est pas à l’abri d’un tel événement suite à une intervention pour  cancer de prostate ! 

Image

C’est ce qui est arrivé à Juan Manuel Santos, le président de la Colombie et dont les médias se sont emparés malheureusement de l’histoire. Et qui plus est, la vidéo fait le buzz sur Youtube ! Lamentable 

S’il n’avait pas été opéré en 2012 d’un cancer de la prostate, nous aurions pu supposer que c’était un simple « trucage » vidéo » mais non c’est une triste réalité. Et pourtant, il n’avait pas caché cette intervention de prostate.

Combien il est compliqué de gérer le quotidien dans de pareilles circonstances.
Des moyens palliatifs, provisoires sont possibles comme  :

Etui pénien

  • l’étui pénien
  • la couleur du pantalon  : pas de ton trop clair

Mais peut-on tout maîtriser dans pareil cas ?
Je compatis !

Articles complémentaires :

Merci pour votre visite et excellente journée

Françoise Soros

Cancer de la prostate : la curiethérapie, des rayonnements ultraciblés.


Moins invasive et traumatisante que l’ablation et la radiothérapie classique, c’est une alternative aujourd’hui reconnue pour des tumeurs limitées.

Au département de radiothérapie de l‘Institut Curie, le défi est constant : il s’agit d’augmenter les doses de radiations sans risquer d’endommager les organes voisins.

Une équation résolue par la curiethérapie, c’est-à-dire la délivrance de rayonnements au sein même de l’organe malade. Alors que dans la radiothérapie classique les rayons sont administrés de l’extérieur, dans la curiethérapie, sa variante « interne », les radiations restent confinées à l’intérieur de l’organe traité, leur champ d’action étant de seulement quelques millimètres. Résultat : une plus grande précision et une moindre agressivité pour les tissus sains environnants.

Consulter l’original sur sciencesetavenir

Excellente journée