Contrôler une envie pressante d’uriner en un seul clic


Un sphincter artificiel commandé et alimenté en énergie à distance via la technologie Bluetooth

image

Contrôler une envie subite de faire pipi via un téléphone, c’est l’idée de cet ingénieur de l’École polytechnique, Sami Hached.

Cet appareil viendrait remplacer le petit muscle en forme d’anneau qui contrôle l’ouverture et la fermeture du conduit de la vessie: le sphincter.

Chez près de 10 % des Canadiens, selon ­Statistique Canada, ce muscle est défaillant et est incapable de retenir l’urine adéquatement: c’est l’incontinence urinaire.

Sami Hached, doctorant en génie électrique à l’École Polytechnique, a consacré sa thèse à la quête d’une solution pratique et non douloureuse pour ces milliers de personnes.

Et au terme de près de cinq ans de recherche acharnée, il a mis au point trois prototypes de sphincters électroniques. Le plus sophistiqué est commandé et alimenté en énergie sans fil, grâce à la technologie Bluetooth.

«Ce sont des sphincters intelligents qui n’ont pas besoin de contact mécanique pour fonctionner, qui protègent vos organes et font attention à votre intimité», explique M. Hached.

«C’est particulièrement pratique pour les personnes à mobilité réduite ou qui vivent en région éloignée, précise le chercheur. Le médecin vous rend visite dans votre salon. Oui. Ce n’est pas de la science-fiction, c’est la réalité!», se ­réjouit-il.

Pour en savoir plus sur cette invention : Aller aux toilettes en un seul clic

Bonne lecture
Portez-vous bien
Françoise Soros

Des envies pressantes ! Que peut-on faire ?


Urgence, envies pressantes, urgenturie, impériosité, des termes qui conduisent au même résultat : « un besoin brusque et difficilement contrôlable d’uriner ». Forme bien particulière d’incontinence urinaire.

Voici un article qui vient de paraître de Jean-Yves Nau. Dans lequel, il explique  le fonctionnement de ce symptôme appelé aussi « hyperactivité vésicale ». Vous y trouverez des conseils pour gérer plus facilement votre quotidien.
Lire l’article de Jean-Yves Nau  :  Que faire en cas d’envies pressantes

Articles conseillés pour affiner votre recherche :

Merci pour votre visite
Françoise Soros

Infographie édifiante sur l’incontinence


Cette infographie, intitulée « Incontinence : Un problème passé sous silence », a été créée  par Intimina afin de lutter contre les idées fausses qui sont communément partagées concernant l’incontinence.

Merci pour votre visite et excellente journée
Françoise Soros

Impériosité. Paroles de patiente et de dentiste


Il y a des fois où les mots entendus dans son cabinet (pas celui où l’on fait la pause-pipi) valent réflexion !

Image

C’est le cas d’une patiente qui vient en rééducation périnéale pour un problème d’impériosité (envies pressantes).

5 séances se sont écoulées et je lui demande :

  • Moi : Madame JJJJJ, comment allez-vous ? Avez-vous été ennuyée depuis la dernière séance ?
  • La patiente : Tout va bien, plus de problème. Je gère.
  • Moi : mais c’est très bien. Mais comme ça, d’un seul coup ?
  • La patiente : je me suis fait enlevé une dent et depuis je n’ai plus de problème
  • Moi : c’est étonnant mais que dit votre dentiste ?
  • La patiente : il ne comprend pas

Mais alors, quel est le rapport, s’il y en a un, entre une dent en moins et les impériosités ? Pas de réponse pour le moment. Alors, comme on dit « ça lui a coupé la chique ».
En attendant, la patiente est ravie mais comme il lui reste encore 5 séances à faire, elle préfère cependant, les terminer. Au cas où !

Conclusion
Si vous avez des envies pressantes d’uriner, allez-vous faire enlever une dent, c’est radical.
Et si cela n’était pas suffisant, n’hésitez-pas, pour une autre dent.

Merci pour votre passage et excellente journée
Françoise Soros

Katia, licenciée à cause de son incontinence


Lu pour vous sur le web

Katia, victime d’incontinence, dénonce son calvaire: « J’ai été virée parce que j’allais trop faire pipi »

Cette jeune femme en plus d’harcèlements moraux de toutes sortes a été licenciée de son poste. Son employeur était au courant à son embauche de sa situation puisqu’elle travaillait dans un « atelier protégé ».

Image

« J’essaye de comprendre pourquoi m’a-t-on foutu à la porte mais je ne comprends pas. J’ai toujours dit que je souffrais d’incontinence » explique Katia, abattue, par cette situation qu’elle estime injuste. « Je suis née prématurée et j’ai une jambe plus courte que l’autre. J’ai donc beaucoup d’eau d’où mon incontinence. Mais mon état de santé était connu de tous dès mon entrée en service à l’atelier protégé. »

Est-ce que des visites régulières.. aux petits coins, peuvent-être un sujet à licenciement ?

Dans de tels cas et à défaut, il serait souhaitable d’utiliser les ustensiles pour faire « pipi debout » à condition d’avoir un endroit, à portée de main, pour le vider. Pas les pots de fleurs, cependant !

Merci pour votre visite et excellente journée
Françoise Soros

Si vous souhaitez lire l’article : clic clic
Crédit photo : capture d’écran

 

Urgences urinaires, ne courez-plus, des solutions existent


L’incontinence urinaire concernerait près de 2 à 3 millions de personnes de tous âges en France. En l’absence de prise en charge, les fuites d’urine peuvent s’aggraver et même contraindre la personne à l’isolement.

  • Tous les ans, l’Association Française D’Urologie (AFU) organise la Semaine de la Continence Urinaire pour informer le public sur les troubles de la continence urinaire et les différents traitements.
  • Les thèmes abordés seront les suivants : 
    • Place de l’urgenturie dans l’incontinence urinaire
    • La prise en charge médicale de l’incontinence urinaire par urgenturie
    • L’urgenturie de l’homme : une affaire de spécialiste

Un moyen de sensibiliser le public pour préserver la continence urinaire tout au long de sa vie.

Image

La Semaine de la Continence a lieu du 7 au 12 avril 2014

  • Le thème de la semaine de la continence est pour cette année : l’urgenturie qui se distingue par des envies impérieuses difficilement contrôlables pouvant résulter par des fuites urinaires. L’urgenturie est précédée par un besoin urgent d’uriner.
  • L’incontinence urinaire par urgenturie existe à tout âge, aussi bien chez la femme que chez l’homme. D’où la nécessité de s’informer et de consulter soit le médecin référent soit l’urologue.

Pour en savoir plus  :

 

 

Articles conseillés :

Merci pour votre visite et excellente journée

Françoise Soros

(Photo Flickr : enricomaioli)

Besoin urgent de faire pipi : que peut-on faire ?


« La vie m’a appris une chose : quand il y a urgence, il faut parfois savoir ne pas se presser. » [ Christian Blanc ]

Pour rejoindre la citation de Christian Blanc, j’ajouterais qu’il est « tout à fait possible de mieux gérer la situation » et nous allons voir comment.

4323354654_dbd1c680ee_n

Deux contextes sont cependant différents dans cette situation à savoir :

  • Etre à l’extérieur
  • Etre chez soi

La possibilité de mieux gérer de façon active ces besoins urgents peut s’acquérir, en dehors d’une instabilité vésicale qui se manifeste par une urgence mictionnelle avec mictions fréquentes (plus de 8 fois/24h), incontinence et besoin de se lever la nuit pour uriner.

1- Peut-on à la maison, gérer ces envies pressantes ?

Le chez-soi est un lieu où l’on devrait se sentir en sécurité or la « vessie » a besoin d’être dans un climat de confiance et de sérénité pour bien fonctionner (en dehors de tout contexte organique). Le stress, l’inquiétude, le fait de ne pas prendre son temps pour aller aux toilettes, etc sont des facteurs favorisant les envies pressantes.

La vessie est un organe qui « pompe » toutes nos émotions.

Oui, il est possible de lutter contre ces besoins urgents  :

  • Par exemple ne pas se dire « je n’ai pas le temps, j’irai plus tard ». Il arrivera un moment où la vessie sera comme une « montgolfière » et alors là, vous ne pourrez pas retenir !
  • Eviter de boire des quantités de liquides importantes. Il est préférable de boire souvent dans la journée par petites quantités. Siroter votre eau plutôt que boire à la bouteille.
  • Si malgré tout, une envie pressante survenait, pas de panique, vous êtes chez vous. Respirez un bon coup, si besoin est, asseyez-vous et vous verrez que votre vessie sera à même de vous écouter. Elle se calmera quelques instants, le temps de vous permettre d’arriver aux toilettes.

Surtout ne vous précipitez pas au pipi-room car plus vous allez vous énerver, plus la vessie va suivre votre rythme. Et là, risque d’inondation !

2- Peut-on à l’extérieur, gérer ces envies pressantes ?

C’est un combat un peu plus difficile. Vous êtes dans l’angoisse de la fuite à la recherche d’endroits pour soulager vos envies.

  • Y a t-il des toilettes à cet endroit ? Vont-elles être à peu près propres ?
  • Vais-je avoir le temps d’y arriver ? Pleins d’interrogations vous envahissent.

Aussi pour réussir à gérer vous confronter à l’extérieur sans trop de difficultés, il est bon de vous entrainer à la maison calmement. Ne pas retenir trop longtemps, respirer…

Et si besoin, une rééducation périnéale chez un kinésithérapeute spécialisé pourra vous aider à franchir le cap.

Le syndrôme du « paillasson » ou celui de la clef (envies urgentes accentuées en arrivant chez soi) ne seront plus qu’un mauvais souvenir.

Pour vous aider, il existe une application pour smartphone qui répertorie les différentes toilettes de votre ville : « Où sont les toilettes ? » (Toilet Finder) en téléchargement sur Softonic

Tenez-bon. Vous allez y arriver !

Articles complémentaires  :

Merci pour votre visite et excellente journée 
Françoise Soros